Notre relation au travail.

Tout le PAF (paysage audiovisuel français) bruit des adieux bouleversants de David Pujadas au J.T. de 20 heures de France 2. Et si tout cela n’était que la manifestation de notre nouvelle relation au travail ? La discussion est vive entre membres de BCN, aussi pour éclairer ce débat, le secrétariat a documenté la question :

Lettre ouverte à David Pujadas

Cette vibrante plaidoirie en faveur de l’adaptabilité, est bien dans l’air du temps ; pour ainsi dire c’est le « must think » d’aujourd’hui, comme il y avait autrefois des « must have » consuméristes…

En économie, le credo européen reste celui du chancelier Helmut Schmidt : « Les profits d’aujourd’hui font les investissements de demain, qui font les emplois d’après-demain ». Donc, l’adaptabilité, la flexi-sécurité, la réduction du welfare state vont bien dans le sens demandé : en nous formant en permanence, pour acquérir des connaissances nouvelles chaque jour, devenir chaque jour plus productifs, sommes-nous certains de contribuer pour demain au plein-emploi pour nos enfants ?

Il faudrait pour cela commencer par distinguer différentes catégories d’investissements selon l’objectif poursuivi par l’agent économique.
- L’investissement de capacité désigne l’achat de capitaux fixes en vue d’augmenter les capacités de production (ex : achat de machines supplémentaires, etc.). Cet investissement est créateur d’emplois.
- L’investissement de productivité consiste en l’achat de capitaux fixes en vue d’améliorer l’efficacité de la production sans pour autant augmenter les capacités de production (ex : remplacement des salariés par les machines). Cet investissement peut être destructeur d’emplois.
- L’investissement de remplacement désigne l’achat de capitaux fixes en vue de remplacer les capitaux fixes usés ou obsolètes. Cet investissement est sans effet sur l’emploi.

La plupart des investissements dans les nouvelles technologies, (qu’ils fassent appel ou non à l’IA – l’intelligence artificielle), répond à un nouvel impératif : ce sont des investissements de compétitivité – ou de conquête de parts de marché, si l’on préfère : si je ne crée cette application, mon concurrent le fera à ma place, et ses coûts de RH en seront réduits… Si je ne distribue pas mes colis ( ou mes pizzas) par des drones, ces milliers de porteurs ou de facteurs qui les portent aujourd’hui avec – ou sans – un sourire ou un mot aimable, vont plomber ma compétitivité.

L’évolution de l’espèce humaine, concept très darwinien, répond à l’impératif de sélection naturelle : les plus forts survivront. Si je suis le plus fort, le plus résistant, le plus flexible, que m’importent au fond tous les « laissés pour compte » de l’économie numérique ? Il manque donc deux valeurs à cette ambition : la dignité qu’apporte à chacun un travail authentique, et le souci de produite un développement durable, c’est-à-dire une planète saine et viable où il fera bon vivre aux générations futures.

Les secrétaires.

Plénière N°83 : préparer l’avenir.

Parité parfaite 3 hommes et 3 femmes, pour cette veille d’Armistice : nous planchons tout d’abord sur les situations individuelles, à commencer par celles impactées par notre tout nouveau partenariat avec le GECKO : la rencontre entre Antoine et Céline Rabut s’est traduite par une large convergence de vues sur les contributions possibles. Trois participants de BCN participent au 1er module « Ose t’adapter » : Emeline, Isabelle et Francis. Malika et Jean-Louis, qui étaient intéressés, n’ont pas pu se joindre au groupe pour des raisons d’agenda. Ce n’est sans doute que partie remise, car les échanges qui ont eu lieu montent un intérêt réciproque fort !

Deuxième axe de coopération : les entretiens. Céline nous a demandé avis et conseils pour un premier candidat, qui s’est tenu le 19 Novembre, puis un second prévu le 23. Le retour de BCN a apporté des éclairages et des idées nouvelles au GECKO, à suivre.

Nous avions prévu lors de cette plénière de travailler sur le projet que mûrit Dana. Comment trouver de nouvelles activités périscolaires* inspirées de l’ergothérapie chinoise en l’adaptant aux enfants ? A partir de sa propre expérience de thérapeute, Dana répartit les activités de relaxation, de méditation et de travail pour parvenir au résultat suivant : des enfants détendus, reposés, plus attentifs et moins agressifs. Par « travail » il faut plutôt comprendre activité, (respiration, jeux, etc.) puisque nous évoluons dans le temps des NAP*.

Il reste encore beaucoup de questions : par où commencer ? Sur place ou pas ? Les centres de loisirs de Balzac et Maladière paraissent les plus intéressants. Quels horaires ? Pour mettre au point les fiches d’activité, il faut éviter les temps « hachés » par les départs d’enfants que les parents viennent reprendre.

La meilleure conclusion ? Celle de Dana : Tout en avançant sur les bouts de chemins qui sont les miens en ce moment, j’ai réalisé la pertinence (et l’importance !) de la remarque de Christine (que je remercie encore pour cette prise de conscience) : bien connaître la situation de départ est essentiel pour apporter les réponses les plus adéquates.

Je pense, donc, que le premier pas à faire pour moi, avant de constituer un dossier, est d’aller voir des équipes enseignantes dans les établissements scolaires pour avoir leur regard concernant les enfants et leurs éventuels problèmes. A ce titre, est-ce que BCN aurait des entrées dans le milieu scolaire ? Sinon, je frapperai aux portes et il y en aura bien qui voudront s’ouvrir. »

Rappelons-nous que dans nos gènes figurent l’ambition de : « rompre l’isolement » et « mettre en relation ». Tous aux fourneaux !

De l’individuel, nous passons au collectif : Comment se présente l’avenir proche pour notre association ?

Tout d’abord, un agenda démentiel !  La Commission « Assemblée Générale » se réunit le 23 Novembre. Elle sera suivie de la plénière du 24 Novembre.

Inscription sur la page Facebook : S’inscrire

A noter également :

Les 23 et 24 Novembre, les Rencontres du Management Culturel et Créatif.

Le 24 Novembre, journée Portes Ouvertes Afpa.

les 29 et 30 Novembre, les journées de la Franchise et le Tram de la création.

Le 8 Décembre, Plénière nouvelle formule ! Jean-Luc évoque alors une reprise « Les apéroentrepreneurs » de Dijon, qui se tiennent à 19 H le 1er mardi du mois, donc le 8 décembre : la proposition serait d’organiser notre plénière dans ce cadre. L’adresse : Le Trou Bourguignon, 15 rue Vannerie à Dijon.Prévoir un budget pour les consommations.

Le 22 Décembre à 18 heures,  Assemblée Générale de BCN. Venez les plus nombreux ! L’idée défendue par Malika est bien dans la logique de l’Economie Sociale et Solidaire : faire de cet événement « institutionnel » un rendez-vous convivial et festif, ainsi qu’un moyen de développer notre notoriété… Pas d’inquiétude, il restera deux jours pleins pour terminer les courses de Noël.

Notre matière première : l’Intelligence Collective.

Réunir les forces en entreprise pour plus de bien-être et de performance.

Organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie le 15 Octobre dernier, sous l’égide du Mouvement français pour la Qualité, la présentation de Sophie Morin est l’occasion pour nous de repenser différemment ce qui nous rassemble dans BCN : l’intelligence collective. Ce thème avait été abordé en Juillet 2016 dans une rubrique inattendue : : Risques psychosociaux

L’intelligence collective désigne les capacités cognitives d’une communauté résultant des interactions multiples entre ses membres. L’intelligence collective, c’est donc l’intelligence des équipes de travail.

Conditions de l’intelligence collective

L’intelligence collective dans une société humaine provient d’interactions complexes répondant à diverses conditions détaillées ci-après.

Une communauté d’intérêt

  • une libre appartenance : une adhésion fondée sur des buts communs et une confiance mutuelle entre les membres ;
  • une structure horizontale : des règles (tacites ou explicites) identiques pour tous les membres et une organisation dynamique. En effet, la répartition des rôles est fondée sur le volontariat et la complémentarité des compétences ;
  • une gestion collective : l’autonomie des membres ou chacun est responsable de sa propre action et des décisions stratégiques basées sur le vote ou sur le consensus.

Un espace collaboratif

  • des outils de coopération :
  • un réseau de communication permettant l’interaction entre tous les membres.
  • un processus d’apprentissage : un système de régulation, la constitution d’un corpus de connaissances communes et le partage de pratiques permettant l’émergence d’une conscience commune.

Les trois dimensions de l’intelligence collective

La dimension cognitive.

Elle permet en 3 étapes de comprendre le sens de l’action collective.

  • la compréhension collective : il s’agit alors d’une image orientée vers l’action qui s’élabore en fonction des informations détenues par les collectifs.
  • la réflexion collective : dans ce cas, les affinités entre les personnes sont essentielles à leur établissement. Ce sont des savoirs liés à la « pensée » ; des « savoirs actionnés »: ce sont des savoir-faire donc des savoirs qui s’acquièrent grâce à l’expérience vécue, à l’action du collectif de travail.
  • la décision collective. L’intelligence collective est liée à l’action de réfléchir et de collaborer. Peu importe que la décision soit celle d’une seule personne ou de plusieurs. La construction de la décision a mobilisé l’intelligence collective et les connaissances de chacun des membres de l’équipe.

La dimension relationnelle.

Elle permet de tisser des liens au sein de l’équipe. Elle est composée de plusieurs sous dimensions :

  • l’action collective. La collaboration est l’engagement mutuel des membres d’une équipe de travail dans un effort coordonné pour résoudre ensemble un problème.
  • l’autonomie doit être présente à deux niveaux : au niveau de l’équipe et des individus dans l’équipe. Une équipe peut avoir une grande marge de liberté pour mener la mission qui lui est donnée, mais les membres de l’équipe peuvent très bien n’avoir aucune liberté quant à leurs tâches au sein de l’équipe.
  • dans tout groupe, il y a des synergies et des antagonismes. Ces derniers ne peuvent pas être supprimés car l’existence du conflit est inhérente à la nature sociale.
  • le niveau de confiance et d’entente entre les membres de l’équipe doit également être pris en compte  : l’intelligence collective est un ensemble de facteurs permettant la collaboration entre les membres d’une équipe, basé sur le respect mutuel, l’intégrité, l’empathie et la fiabilité.

La troisième dimension, dite systémique,  englobe les deux précédentes :  l’individu est au centre d’un système et construit ses actions (contributions) en analysant les actions des autres (représentations) et les relie avec le système (subordinations). L’efficacité d’un groupe humain oblige à la gestion des projets individuels et des projets collectifs. La véritable efficacité d’une organisation dépend d’une bonne mise en perspective avec son environnement.

L’intelligence collective est une école de la communication, de la confrontation, elle combine donc l’écoute et le dire, mon point de vue et celui des autres.

L’intelligence individuelle conserve toute sa place. En amont, elle peut permettre une réflexion, une recherche qui enrichiront la production collective. En aval, elle permet de dépasser le bouillonnement de l’échange pour reprendre les choses calmement, les approfondir, les préciser, les critiquer, les structurer. « Tout seul on va plus vite. Ensemble, on va plus loin » disait le proverbe africain.

Par exemple, on a pu constater qu’un brainstorming [démarche d’intelligence collective] était beaucoup plus riche lorsque les participants avaient pu réfléchir individuellement [intelligence individuelle] en amont. L’approche, la réflexion individuelle permettent de prendre du recul, elles favorisent l’approfondissement. Certaines personnes sont plus à l’aise et plus fécondes dans le cadre d’une démarche individuelle.

De plus, l’intelligence collective peut être limitée par des effets de groupe (conformisme social, crainte, fermeture, absence de procédure, homogénéité idéologique), au point que l’individu seul peut parfaitement être plus intelligent que tout un groupe car, il peut conserver davantage sa pensée critique seul que sous l’influence du groupe.

L’intelligence collective fonctionne d’autant mieux que les personnes engagées dans l’échange :

  • ont des buts communs, une communauté d’intérêts ;
  • se font confiance ;
  • fonctionnent sur un principe de respect inconditionnel des personnes ;
  • s’engagent volontairement dans l’échange ;
  • sont capables de dépasser les différences de positionnement hiérarchique en donnant priorité au principe « d’égalité des intelligences » ;
  • intègrent des dissidents pour éviter les phénomènes de conformisme, d’endogamie de la pensée ;
  • si des décisions doivent être prises, elles ne le sont pas par rapport à un principe primaire de majorité ou de consensus, mais par rapport à des « critères pertinents » préalablement définis : coût, faisabilité, légalité, différentiel concurrentiel, etc. ;
  • une évaluation à postériori avec retour et partage d’expériences ;
  • une capitalisation et conservation des connaissances et des expériences.

A cette partie théorique, le travail réalisé par Sophie Morin ajoute une partie pragmatique, dont nous ne retiendrons aujourd’hui que quelques principes-clés :

La composition d’un groupe :

  • un membre à Q.I. élevé,
  • des membres à Q.E. élevé,
  • des femmes,
  • pas de personnes dominatrices, qui étouffent l’expression,

Enfin, et on l’oublie parfois, les meilleurs ateliers créatifs (brainstorming et brainwriting) produisent leurs meilleurs résultats par une alternance de pensées créatives et de phases de pensées rationnelles :

« Vos idées émises sont-elles originales, réalisables et rentables ? Lesquelles souhaitez-vous garder pour les présenter aux autres groupes ? »

Car n’oublions pas qu’en plus de l’idée de génie qui ne manquera pas de sortir de nos ateliers collectifs, la pépite qui sortira à coup sûr :

La cohésion du groupe :

  • une équipe soudée,
  • sensibilisée à ses objectifs,
  • adhérant davantage aux projets qui lui sont soumis,
  • où l’échange et le partage contribuent à l’enrichissement et la montée en compétence collective

Plénière N°80 : à la veille du Grand Déj’.

Notre rendez-vous habituel était fixé au jeudi 22 septembre. Outre le tour d’horizon des présents, le sujet du jour était la participation au Grand Déj des Associations du 25.09, la grande rentrée des dijonnais, nouveaux ou chevronnés, où chacun vient faire ses emplettes : clubs sportifs ou de fitness pour les uns,  « darts » ou tir à l’arc pour les autres, sans oublier le football américain de nos amis de Fenris, pour les amateurs d’empoignades musclées….

Les Pitches

Mais commençons par nos propres ressources ! Le pitch de Sophie, diplômée de l’ESC Lille, et qui avait imaginé son projet bourguignon dans le domaine du marketing alimentaire, alors qu’elle exerçait auparavant dans le domaine de l’édition. Depuis mars 2016, des contacts intéressants ont eu lieu, sans concrétisation pour l’instant, mais Sophie attend beaucoup de grands groupes dijonnais, ainsi d’ailleurs que des mises en relation proposées avec BCN, ainsi que dans l’édition par le directeur de la revue Vie Senior, M. Habib Essanhi.

Francis a démarré son activité dans les domaines de la Direction Commerciale en Temps Partagé, avec montage et suivi de dossiers clients, comportant éventuellement une partie logistique.Second volet de son activité, la veille technologique et l’intelligence économique. Après la refonte complète de sa fiche Linkedin, Francis a fait partir une première campagne d’e-mailing, dont les premiers retours sont prometteurs, (selon les critères de la profession en termes de taux de transformation). Bon vent à lui !

Béatrice, notre RH « automobile » venue de Laroche-Migennes, (89) mène actuellement deux chantiers de front : celui d’une VAE en tant que juriste d’entreprise à l’Université de Tours, et celui d’une maternité prochaine, pour laquelle nous formons tous nos voeux.

Jean-Luc, Directeur d’Actinum, entreprise spécialisée dans l’installation de logiciels professionnels dédiés à l’univers du bâtiment, et à la formation associée, a dû arrêter cette activité en 2013. Il développe maintenant une activité de démarchage et de collecte de nouveaux projets de franchise avec Caroline Morisot : selon lui, les meilleurs projets émanent de personnes qui se lancent dans des domaines totalement nouveaux pour eux, car du coup, ils ne mettent pas en cause le savoir-faire du franchiseur du fait de leurs a priori.

Bonne nouvelle pour Fabienne ! Elle retourne à l’Université pour obtenir un deuxième « Bac +5 », cette fois dans le domaine de la prévention des risques psycho-sociaux et de la QHSE, Qualité Hygiène Sécurité Environnement. Le financement de cette formation a finalement pu se débloquer grâce à l’intervention de Pôle Emploi.

Christine D., en activité chez un bailleur social, dans le domaine juridique et contentieux. Diplômée de la faculté d’Orléans, dans ce domaine, elle a poursuivi une spécialisation de médiation à Sciences Po d’Aix en Provence. Elle se propose de réaliser pour BCN une veille juridique et règlementaire RH. Voilà une contribution bienvenue !

Christine B., qui a démarré comme clerc de notaire, et s’est spécialisée dans le domaine RH, et plus particulièrement dans le reclassement professionnel. Elle vient d’achever un CDD de 3 mois, et nous l’accueillons volontiers parmi nous.

Thomas S. notre communiquant : le secteur ayant connu des difficultés, Thomas a effectué un choix courageux, en se lançant dans une reconversion de commercial à l’AFPA. Impliqué et sérieux, il s’est imposé quand une opportunité s’est présentée dans l’entreprise alimentaire, où  il exerce maintenant depuis plus d’un an. Son message : il ne faut pas hésiter à remettre en cause ses acquis, son statut social et ses habitudes, si c’est la clé pour repartir du bon pied et retrouver énergie et estime de soi.

Antoine T. en charge de l’animation de BCN, fait part de son retrait définitif d’Orange au 1er juillet 2016, où il conserve des contacts utiles pour l’association, notamment dans le domaine des réseaux et des objets connectés.

Grand Déj’ des  Associations.

Mardi 13 Septembre avait eu lieu au Grand Dijon, l’annonce des consignes pour les associations participantes : (214 annoncées). Nouveautés : un dispositif de sécurité accru, en raison des événements dramatiques des 18 derniers mois. BCN fait valoir avec succès une requête simple : puisqu’il existe une liste d’émargement à l’accueil, pourquoi ne pas adresser aux personnes la présentation des consignes, plans, et autres modalités  ? Mise en oeuvre effective dès le lendemain ! Bravo à tous.

Présents en continu sur le stand le dimanche : Christine et Antoine, appoints au cours de l’après-midi de Jean-Louis, Fabienne et Francis. Le bilan des contacts, rendez-vous pris et adhésions vous sera présenté lors de la prochaine réunion du 6 octobre, à 18 heures.

Divers.

 Malika, notre trésorière, se propose d’animer la commission « Organisation de l’Assemblée Générale », dans le but à la fois d’en faire un événement festif, mais aussi de développer la notoriété de BCN, auprès des décideurs, des élus et partenaires, et de mettre en évidence les coopérations avec nos « voisines » : une invitation orale a déjà été adressée à Danielle Jafflin, la Présidente de SNC.

Un dossier mené par Sébastien Delaup, le Directeur de la Maison des Associations sur une idée originale de BCN, vient de connaître un arrêt brutal et tragique avec le décès de ce dernier : il s’agit du montage d’une formation « sur mesure » par le PANDA (Point d’Accès Numérique de Dijon et son Agglomération). Fabienne, notre Présidente a adressé  un courrier de condoléances à la Direction de la Vie Associative.

Prochains rendez-vous : le 4 Octobre, Salon des Objets connectés à Dijon, dans le cadre du projet CAS 71.

Plénière N°81 : le 6 Octobre à la Maison des  Associations, à 18 heures. Bilan du Grand Déj’.

Le 11 Octobre, l’Association « Action Emploi Cesson » examine le projet de convention de mise à disposition de contenus que nous lui avons soumis : 2 modalités importantes y sont spécifiées, le transfert des supports, mais aussi l’accès interactif au site en ligne, sous forme d’identifiant et de mot de passe, encore plus moderne et actualisé en permanence.

Le 13 Octobre, rencontre avec Nathalie Barbe de Résurgence, pour consolider les pratiques de recommandation  de candidats, et de coopération sur des séminaires à venir.

Mois de l’Innovation.

De nombreuses initiatives nous parviennent à l’occasion du Mois de l’Innovation ; le Mouvement Français pour la Qualité est souvent à l’origine des manifestations dijonnaises, dont celle-ci, qui a lieu le 26 septembre, à laquelle il conviendra de s’inscrire individuellement :

Pourquoi et comment mesurer son empreinte sociale ?

A noter également, au même endroit (Maison Régionale de l’Innovation) : tram Quetigny, Station Mazen – Sully, le petit déjeuner RSE et Consomm’Acteurs du 23 Septembre avec le soutien de l’UFC – Que Choisir.

Comptes-rendus à suivre dans nos colonnes.

Sur l’agenda : nouvelle formule plus dense pour la 6e Université du MEDEF.

Dans les locaux de l’Université.

Malheureusement, pour l’association BCN, la date du 8 Septembre  était déjà préemptée, et cette semaine est assez chargée avec le montage du dossier budgétaire et la préparation du Grand Déj. Néanmoins, s’il se trouve un participant de BCN pour livrer son témoignage, nous ne manquerons pas de rendre compte de cette manifestation.

Plénière « estivale » N°77.

Un mois après notre soirée des Remparts, qui nous a permis de renouer avec certains de nos anciens, ambiance studieuse ce jeudi 21 juillet, pour commencer à réfléchir à nos Plans d’Action de rentrée.

Notre agenda est déjà largement esquissé ! Pour le 4 septembre, nous devons finaliser notre dépôt de dossier de subvention sur le site internet MyDijon.fr  : l’objectif sur lequel nous avons échangé est de se doter d’un équipement (ordinateur + projecteur) qui nous rende autonomes pour réaliser des présentations de notre activité, partout où cela nous sera demandé.

8 – 9 et 10 septembre : installation à Talant pour notre Séminaire M.B.T.I. C’est une opération promotionnelle, il faut donc la faire connaître autour de nous !

25 septembre : Grand Déj’ des  Associations à Dijon. Il faut aller « vers les gens », se rapprocher de Danielle Jafflin et Bernard Renault, de SNC (Solidarités Nouvelles face au Chômage). A creuser en particulier : les binômes permanents dans lesquels intervient un psychologue.

Les autres coopérations possibles concernent l’enrichissement de nos contenus : articles, ateliers, formations, accompagnement, blog. Nous attendons l’accord de l’Association AEC de Rennes, pour un témoignage lors de notre AG de décembre : pédagogie, fonctionnement en binômes, déroulement des formations. Nous allons disposer sans tarder des supports utilisés à Rennes.

Orientation jusqu’à l’Assemblée Générale : mise en place d’une commission communication informelle, composée de Christine sur la partie juridique, social et relations de travail, de Danièle pour les relations avec la Saône et Loire, et notamment avec Nicéphore Cité. Une première contribution sur la Logistique du Futur, thème du séminaire du 7 Juillet 2016 devrait illustrer les évolutions extrêmes de ce métier, ainsi que les perspectives d’emplois qu’il génère.

Francis, absent de cette réunion, sera sollicité au titre de ses relations avec Objectif 50, mais également en tant qu’organisateur du congrès du MCC des 12 et 13 Novembre. Nous avons toujours besoin de contributeurs sur les sujets de l’Emploi, de l’Economie, de l’Environnement, et bien sûr de soutien sur les dossiers permanents comme l’UNESCO et Confort Alarme Sécurité. Dossiers de fond et Revue de Presse sont les bienvenus de la part de tous nos adhérents, que ce soit à titre ponctuel, ou en vue de créer une rubrique.

Fabienne, notre Présidente expose les résultats de l’entretien avec Céline Rabut, et pense que l’idée d’un temps partagé pour les cadres peut représenter une opportunité. La participation de BCN aux « I-Fore Awards » a consolidé ce lien. Il reste à approcher les organismes de Bilans de Compétence, et en particulier Résurgence, pour resserrer les relations à l’issue de cette phase de bilan.

Une note très positive nous vient de Danièle, à propos de Dominique Rome, du Cabinet PRB : en privilégiant la recherche de contrats de professionnalisation, PRB répond à la difficulté du diplôme « pas exactement comme on veut », ou « pas exactement ISO 9001 », ou « Vous ne parlez pas l’albanais ! ». Partons de nos atouts, c’est ce que nous pouvons faire de mieux.

Et dire que pendant ce temps-là…

elles croient qu’on s’amuse ! Comme en témoigne cette photo, des décisions importantes portant sur les animations du second semestre sont en tractation. Les principales dates sont désormais arrêtées, les nouveaux horaires (18 à 21 heures le jeudi) permettront à nos adhérents en activité d’être plus souvent parmi nous…

Il nous faut maintenant faire le plein pour la formation MBTI des 9 et 10 septembre prochains à Talant : Danielle Birken et Francis nous ont construit une offre EXCEPTIONNELLE. Avec le concours de la mairie de Talant, qui met ses locaux à disposition, c’est une publicité originale et nouvelle, bien dans l’esprit du collaboratif. Parlez-en autour de vous, et surtout si dans vos missions RH ou managériales, vous observez des équipes qui dysfonctionnent, l’indicateur Myers Brigg’s est un bon moyen d’identifier les racines profondes de ces discordes ou incompréhensions. Enfin, c’est aussi un outil de team-building, (depuis le Brexit, un fédérateur d’équipe), en mesure d’introduire de façon naturelle de l’écoute et de la bienveillance. Et qui est l’organisme qui dispense cette formation ? BCN, bien sûr ! Voici le lien vers l’article de Danielle Birken, que nous allons maintenant diffuser sur tous nos supports.

Workshop à Dijon

Nos prochaines échéances : jeudi 21 Juillet à la Maison des Associations. Point sur les budgets, les dossiers de subvention, l’avancement des projets. La date sera rectifiée dans l’agenda, il s’agissait bien d’une coquille… Merci encore d’être venus aussi nombreux, vous avez fait de ce moment, une vraie fête ! A refaire plus souvent ?

L’équipe d’animation.

Visite à Tournus Equipement.

 Certes, les vacances sont proches, mais voici une très belle occasion de s’intéresser aux succès de nos anciens adhérents, qui plus est demeurés proches de BCN, et soutiens actifs de notre action ! La manifestation est organisée par le mouvement français pour la qualité, pour s’inscrire suivre le lien ci-dessous.
Un très bel exemple d'intégration et d'efficacité !

Pascale Jeunet (2e à gauche) DRH de Tournus-Equipement, lors de la remise du Trophée 2015 national de l’Association Qualité Performance

Visite Tournus Equipement le 30 juin 2016

le 10 juin 2016

- L’entreprise Tournus Equipement, lauréate des Trophées RSE Bourgogne 2015 et du Prix Français de la Qualité et de la Performance 2016, nous propose de nous accueillir dans ses locaux le 30 juin prochain à partir de 16h00.

Au programme :

– Présentation du Modèle de Management de l’entreprise

– Visite des ateliers

– Echanges autour d’un verre

Adresse : TOURNUS EQUIPEMENT – 25 avenue Jean Moulin à Tournus

- Pour vous inscrire, rendez vous dans la rubrique Agenda, puis Manifestations sur notre site fqp-bourgogne.org

Réunion BCN du 7 Juin.

Reprise des réunions plénières autour de la présidente, du secrétaire et de la trésorière pour un point sur les différents dossiers en cours. En commençant par les brèves :

Situation de notre trésorerie : Compte créditeur 414.42 € au 31.05.2016.

Nouvelles adhésions : elles devaient être de 3 – voire 4 – à la fin du semestre.

l’Agenda : 14 Juin à 18 h : inscription encore possible sur le site de l’Apec, pour une soirée « Informels » sur le thème : « Petits changements ou changement radical ? »; nous y entendrons avec plaisir le témoignage d’Anne-Marie Cuinier !

Jeudi 16 Juin à 18 h : soirée d’organisation au Centre Social de Fontaine d’Ouche, en vue de la manifestation « Grand Déj’ des Associations » du 25 septembre 2016 . Tous les adhérents volontaires pour être sur le stand tout ou partie de la journée du dimanche 25.09 sont invités à se faire connaître.

Organisation soirée festive : c’est le  succès ! Déjà 23 inscrits, il ne reste plus que quelques places…Rendez-vous à 18 heures précises au 1er étage de la rue des Corroyeurs, pour une courte plénière consacrée à nos outils de communication, nous « migrerons » ensuite tous ensemble vers le restaurant.

Plan d’action du 2nd semestre : toutes les dates figurent à la rubrique « réunions » : deux précisions, l’horaire normal devient 18 h – 21 h. Les dates prévisionnelles pour la formation M.B.T.I. sont les vendredi et samedi 16 et 17 septembre : il s’agit d’un séminaire reconnu avec délivrance d’une attestation de passation par un coach certifié.

Rencontre du 6 Juin avec Céline Rabut, Directrice générale de l’IFORE et fondatrice du GECKO. Grâce à l’aide de Gaëlle EPIE (« les clés de la réussite ») et surtout à la ténacité de Fabienne, BCN avait rendez-vous ce lundi : étaient présents, Malika Durieux la trésorière, Fabienne Goldité notre présidente, Eric Carterot  et Francis Georgé, tous deux membres très actifs de BCN.

De l’avis unanime l’entretien a été très cordial, très riche (près de 3 heures) et surtout porteur de pistes de coopération et de compréhension : Céline Rabut comprend les difficultés de BCN à se trouver véritablement « en prise directe » avec les entreprises, et donc notre souhait d’être au plus près des initiatives du GECKO, groupement d’employeurs en mesure de nous servir d’interface. Elle déclare être en cours de mise en place du GECKO, structure à temps partagé, qui se propose de faire (re)mettre les pieds dans les entreprises par le biais de la formation.

Pour s’assurer du bouclage, les formations en alternance ainsi proposées sont validées par l’APEC et Pôle-Emploi. Elles bénéficient de contrats « aidés » compte tenu de leur orientation senior. Point à nuancer : comment réagissent d’autres  groupements d’employeurs par rapport à la naissance du GECKO ?

Hasard du calendrier, Céline Rabut se verra prochainement remettre la médaille de l’ordre national du mérite. L’IFORE est une association financée par le Conseil Régional et le Grand Dijon. Elle accompagne à chaque étape, les projets de transmission ou de reprise d’entreprise.

Quelles suites donner ? La première : participation aux « IFORE Awards » le 4 Juillet prochain, de Malika, Francis et Eric pour entretenir le contact, et rencontrer les entreprises lauréates pour continuer à tisser le réseau.

La seconde aurait pu consister à monter le catalogue des compétences disponibles à la rubrique « compétences » du site. Malika rappelle que lors de l’entretien, Céline Rabut elle-même n’était pas favorable à cette formule de listes ou de catalogues, et préfère nettement les recommandations parvenant via le réseau et suivies d’entretiens face-à-face.

Compte tenu de l’ordre du jour particulièrement chargé, ce n’est qu’à la fin de la réunion que nous consacrons un peu de temps à Thomas, qui compte tenu de son activité de commercial, n’a plus beaucoup de disponibilités pour participer à nos réunions. (Les évolutions d’horaires annoncées pour le S2 lui doivent beaucoup).

Thomas ne retrouvant pas de poste dans la communication avait entrepris une formation de technico-commercial à l’AFPA ; il nous a dit tout le bien qu’il pensait de ces formules de formation en alternance que l’IFORE va encourager : « la meilleure manière de dénicher l’emploi caché, c’est d’être là quand l’entreprise en a besoin. Petit à petit, chacun fait un pas vers l’autre, et on finit par devenir indispensable ».

Quant à Jacques Duthu, invité par Eric Carterot, il nous décrit sommairement son parcours de commercial au Bien Public, de responsable du Club Affaires de la JDA, et plus récemment de son CDD de quelques mois dans la start-up « Place des Talents » animée par Marion Pageot. Malheureusement, la société n’a pas réussi sa levée de  fonds, et consacre ses moyens de préférence à l’excellence logicielle plutôt qu’à l’effort commercial.

Pour conclure la réunion, des chiffres porteurs d’optimisme : 72 visiteurs, 372 vues sur WordPress, quelques « followers » fidèles sur Facebook, nous pouvons maintenant utiliser ces outils pour notre notoriété, nos promotions, notre communication. Faisons tous connaître et partager les nombreuses initiatives de BCN autour de nous !

@t